L’Union du Bonsaï Français

  • par

Pourquoi l’UBF ?

Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours aimé la nature, les végétaux, faire naître et voir grandir une plante. D’ailleurs j’en ai fait mon métier, agriculteur. Je suis, plus précisément fraisiculteur en Dordogne. Comme beaucoup, ma première approche avec les bonsaï, c’est faite dans les jardineries dans les années 90. A cette époque, je m’abonne à France Bonsaï, achète le Naka et cotise à la FFB. Mais sans réel contact, je n’avance pas beaucoup…15 ans après la passion est toujours là et grâce à Internet les choses s’accélèrent, les relations se multiplient et le réseau se tisse.

Michel Sacal, pour ne citer que lui, m’informe de l’ouverture d’une classe en Gironde avec Jacques Marty, je m’inscris. Au cours de cette formation, j’ai rencontré d’autres passionnés et là j’ai eu le déclic…J’ai enchainé les stages avec , Jean Pierre Cardinal, Hervé Dora, Jean François Busquet, Olivier Barreau, François Gau, S. Segneri.

Très vite de 4 à 5 arbres, je suis passé à un « tunnel à fraises » consacré aux bonsaïs, puis à deux jusqu’à atteindre 1500 m² de culture à ce jour. Plus que jamais le bonsaï reste une passion, un moment de détente avec le réel plaisir de travailler les arbres pour qu’ils évoluent en exposition jusqu’au niveau européen.

union du bonsai français
union du bonsai français

Pour moi, il y a plusieurs courants de pensées dans le monde du bonsaï. Et de la diversité des idées naissent les débats qui ouvrent le champ des possibles. Voilà pourquoi je me suis investis dans la création de l’UBF l’Union du Bonsaï Français.

C’était quoi l’union du bonsaï français ?

Mon engagement dans cette aventure tenez et tiens toujours de mon envie d’aider toute personne à se former et à progresser.

Mon investissement dans l’union du Bonsaï Français, était d’aider les bonsaïka à faire leur premier pas. D’aborder de manière simple différents thèmes, comme la manière de choisir un arbre, de le cultiver, de le former et de l’entretenir.

Mais aussi de guider les futurs passionnés dans le choix des outils, du matériel ou tous simplement le premier bonsaï.

Au Départ nous avons créer cette fédération entre passionnés du Bonsaï. Mon idée était de mettre en avant les techniques agronomique qui permette de garder en vie sa collection. Pour moi la priorité est de savoir cultiver ses arbres avant même de parler de mise en forme. Avec cette nouvelle fédération, je tenais absolument a aider un maximum de personne, histoire de développer le Bonsaï Français, ce fut nos premiers désaccord.

photo issue du magasine Esprit Bonsaï

Il existait et il existe encore la Fédération Français de Bonsaï, pour moi il n’était pas question de leur faire concurrence, mais plutôt de compléter leur travail. Notamment en mettant en avant le yamadori et les professionnels du Bonsaï. De nouveau un point de désaccord, car certain voyais la FFB comme cible à abattre.

L’UBF a vu le jour en 2013, des les premiers rendez vous du conseil d’administration, il a été décidé de créer un événement en 2014, une exposition, avec démonstration et mise en forme de Yamadori. Grace à mes contactes, très vite j’ai proposé le Château des Milande, un super cadre au cœur du Périgord noir. La propriétaire était ravis d’avoir une nouvelle animation au sein de son château. Mais après une visite de quelques membres du conseil d’administration, ces derniers on rejeté ce lieu pour notre premier congrès, qui d’ailleurs a été tous simplement annulé.

voici une partie du compte rendu

Je ne suis pas resté sur cette échec et très vite l’idée de faire des vidéos pour les débutants est apparus. Le président de l’époque accès la communication, grâce à un site internet, qu’il animé. Ma chaine YouTube était créé depuis 2011, je trouvé ce média ou ce réseau social intéressant. La chaine de l’UBF vu le jour, actuellement elle n’a plus le même nom. Certaines vidéos sont encore visible et d’autre on étaient supprimés.

première vidéos de l’ubf

Les débuts de 2015 était prometteur, nous avions plus de 220 adhérents. Nous avions plusieurs stages de prévu et notamment un atelier en fin d’année avec Bjorn Bjorholm organisé pas le club Avesnois, qui c’était remplis en quelques jours.

Après le raté du premier congrès, il ne fallait pas louper notre prochain événement. Un administrateur du conseil, nous propose Albi, avec une salle et un invité de marque, un maitre Japonnais. Assez rapidement je me propose avec l’albigeois et le président de l’UBF , pour faire partie des organisateurs de cette exposition, que nous voulions grandiose.

Exposition de bonsaï Lumière d’Automne

Lumière d’automne venais de naitre, mais je ne savais pas encore que c’était la fin de l’Union du Bonsai Français.

Pour toute exposition il faut un financement et quand on commence à parler d’argent les problèmes arrivent. Une partie du financement a été possible grâce aux professionnels et à nos partenaire. Mais nous avions fait qu’une partie du chemin. Il était impossible de prédire les embuches qui nous son tomber dessus, au fur et à mesure.
Très vite nous avons du déposer la marque Lumière d’Automne, pour protéger le nom. En effet des expositions de bonsaï avais été plus qu’inspiré par le nom de notre événement.

Nous avions avancé de l’argent sur nos propres denier, pour réserver la salle, l’hôtel de l’invité, la location de matériel et autre dépense courante.

Durant l’été 2015 tout à basculé, l’UBF ne voulais plus financer l’exposition. Après un vote du conseil d’administration, imposé par le président, qui avait quitté le groupe des organisateurs par la mème occasion, je me retrouve seul avec l’Albigeois.

Voici, ci dessous, le mail que j’avais reçu à l’époque, Autant vous dire que je me suis abstenu en votant blanc, sachant que je connaissais l’issue final.

C’est avec regret que je t’annonce que Le congrès de l’UBF initialement appelé Lumière d’Automne et prévu les 21 et 22 novembre vient d’être reporté suite à une décision de son Conseil d’Administration. En effet, l’UBF et Lumière d’Automne (à savoir l’organisation de l’exposition), se désolidarisent pour des raisons d’objectifs et budgétaires. En conséquence, l’exposition UBF n’aura pas lieu cette année mais elle est reportée courant de l’année 2016. 

D’autre part, l’Assemblée Générale qui devait se tenir lors de ce congrès va être avancée mi-octobre 2015 et se tiendra à Saint-Médard en Jalles près de Bordeaux. Il est en effet nécessaire pour l’UBF, de valider au plus tôt ses nouveaux objectifs qui sont dans l’ordre : la formation, les ateliers et enfin les expositions. 

Le conseil d’administration ainsi que le bureau tiennent à s’excuser pour le désagrément occasionné.

Messieurs répondre par OUI/NON

 

Question N°1 : Vu son nouveau périmètre, Lumière d’Automne 2015 ne peut plus être considérée comme l’exposition de l’UBF. Devons nous maintenir le congrès UBF et son assemblée générale au sein de Lumière d’Automne ? En cas de réponse négative, l’assemblée générale serait proposée le samedi 10 octobre 2015 à Saint-Médard en Jalles et une autre date serait définie ultérieurement ainsi que le nouveau lieu pour le congrès et une exposition UBF.

Question N°2 : Lumière d’Automne à fait l’objet d’un budget prévisionnel mais l’engagement des dépenses n’a jamais été voté par le C.A. L’UBF doit elle financer cet événement sachant que les rentrées financières, entrées, tombola et autres reviendraient à l’UBF ?

 

 Je vous rappel qu’en cas de litige ou d’égalité, le vote du président est prépondérant. Le bureau attends la réponse avant Mardi Soir avant  20H00. 

Que fallait il faire? annuler? reporter? Comment réagir?

Pour moi une chose était sur, hors de question d’annulé, même si ça me coute de l’argent. Je me suis mis à la place des professionnels, qui nous avais donné leur confiance, qui avait réservé leur date, réservé leur hôtel, réservé leur location de véhicule, rien que pour eux il était impensable d’annulé. et vis à vis de notre invité d’honneur, quel image de la France. A ce stade je ne pensé plus à l’Union du Bonsai Français, ma priorité c’était que Lumière d’Automne ai lieu.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

13 novembre la France est sous le choc des attentats Parisien. Tout les spectacles et manifestations son annulé jusqu’à nouvel ordre. Le Lundi 16 novembre, impossible de joindre la préfecture. Nous sommes à 5 jours de l’exposition, l’UBF n’a pas réussis a faire annulé l évènement, les terroristes vont certainement réussir. Mardi pas de nouvelle, n’y tenant plus je part à Albi, par la même occasion notre Japonnais nous annonce que son gouvernement, conseil a tout ses ressortissants de rester chez eux. Nous sommes Mercredi, nous avons le feu vert, si il y a un service de sécurité. Vendredi soir je suis ravis de voir arrivé les premier arbres et les professionnels.

Voici une vidéo en souvenir de ce moment

Le bilan :

Qu’es ce que je retiens de mon aventure avec l’UBF.

La première chose qui me viens, c’est qu’après tout ça, je savais ou était mes vrai amis du Bonsaï.

Gérer une fédération ou plutôt un association de moins de 250 adhérents n’est pas forcement facile. Il faut bien définir les objectifs des le départ et faire avec les égo démesuré de certains. L’idée de départ était sympa, mais à très vite était pervertis. Éviter de faire une communication entre membre du conseil que par mail. La réunion physique ou en visio est indispensable.

J’ai souvenir d’un de mes derniers mail, ou je demande une réunion physique pour essayer d’éclaircir les choses et de sauver l’UBF. A cette époque, sur les 14 membres du conseil seul 4 avais répondu, c’était déjà la fin.

J’ai une certaine tristesse, quand je pense à cette époque. Toute cette énergie que j’ai consacré à ce projet. Je me dis que j’aurai pu le consacré à mes arbres.

Néanmoins, tout ce que je n’ai pas pu faire avec cette association, je l’ai fait avec Vital Bonsai, par l’intermédiaire de mes vidéos, de mon site internet ou par mes séquences de coaching.

Si tu as été membre de l’union du bonsaï français, ton avis m’intéresse. Comment as tu vécu tout ceci de ton point de vu. N’hésite pas à écrire tes impressions dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *