Bien COMMENCER dans Le BONSAÏ

FAIRE un BONSAÏ

27 janvier 2021 par Bruno F

Cet article va vous donner quelques principes à respecter pour bien débuter dans l’art du bonsaï.
Vous découvrirez comment bien choisir son premier bonsaï, comment en faire une bouture et surtout comment en prendre soin au fil des saisons.

Accédez à encore plus d’articles , en vous abonnant au blog –> COMMUNAUTE VITAL B

1ère phase : Comment obtenir votre premier Bonsaï ?

Chercher des informations :

Il existe plusieurs espèces et variétés utilisées ou utilisables en Bonsaï. Certaines sont très bien adaptées, d’autres sont bien plus compliquées, certains arbres étant plus faciles à cultiver que d’autres.
Il ne faut pas non plus forcément utiliser n’importe quel arbre autochtone. Ils peuvent être faciles à reproduire ou à cultiver, mais ils ne répondront pas à notre objectif final, qui est de faire un bonsaï.
Il faut donc éviter les érables, platanes et autres arbres à grandes feuilles, car la réduction du feuillage de ces derniers sera trop compliquée.
Vous trouverez toutes ces infos à travers mes vidéos, sur le blog ainsi que sur le groupe Facebook.

Où trouver ses premiers pré-bonsaïs ?

Vous pouvez vous adresser à des professionnels spécialisés dans la vente de bonsaïs. Vous aurez la garantie de conseils adaptés à vos besoins.
Vous pouvez également aller directement en jardinerie ou en grande surface. Votre choix dépend du budget que vous souhaitez consacrer à vos premiers arbres.

Faire ses propres arbres :

Il est tout à fait possible de partir de semis ou de boutures. J’ai réalisé un certain nombre de vidéos qui vous guideront dans toutes les étapes pour construire votre arbre. Je vous y confie les astuces de culture que j’applique également dans ma pépinière.

2ème phase : Bien choisir son arbre

Les arbres d’intérieur n’existent pas

La plupart des arbres d’intérieur sont des arbres d’origine tropicale ( Ficus, Carmona, etc… ). La confusion vient essentiellement du fait que ces arbres sont exposés à l’intérieur de nos maisons afin d’éviter les températures négatives.
Néanmoins, ils doivent être placés à l’extérieur dès les beaux jours.

Un bonsaï vit à l’extérieur :

Bien entendu, il faudra adapter les différentes espèces à votre climat. Il sera compliqué pour un Amandier de vivre dans le nord de la France, tout comme un Mélèze dans le sud de la France.
Le choix est large et vous pouvez également cultiver certaines variétés d’érables du japon. Néanmoins, il faudra vous équiper de serre pour les périodes plus froides.

Observer l’aspect sanitaire :

Avant de faire un achat, il faut quand même vérifier certains points concernant la santé de votre futur protégé.

  • L’absence de parasites :
    Même si vous ne pouvez pas voir les parasites, vous devez observer attentivement votre futur arbre. Ainsi, lorsque les feuilles vous semblent collantes, vous pouvez conclure à la présence de ravageurs.
  • L’aspect des feuilles :
    Des feuilles jaunes ne sont pas forcément de mauvais augure. Le plus important, c’est de contrôler l’existence de jeunes pousses.
  • Les racines :
    Il est compliqué de voir les racines à travers le pot, mais rien ne vous empêche de gratter un peu la surface du substrat.
    Si vous voyez des racines passer sous le pot à travers les trous de drainage, inutile de vous dire que c’est un bon signe.

3ème phase : la terre des bonsaïs ( substrat )

Akadama, pumice, kiryu, Kanuma, pouzzolane, fibre de coco, et la liste est longue… Pas facile de choisir LE substrat adapté à VOTRE bonsaï.
Une chose est sure, vous pouvez mélanger ces différents produits, à des pourcentages différents, mais le substrat utilisé doit répondre à un certain nombre de critères et remplir les fonctions indispensables à la survie de vos arbres.

Fonction apport d’eau

L’eau est vitale pour vos arbres. Dans ce cadre, le substrat doit servir de réservoir. Les quantités d’eau doivent être suffisantes, afin que les racines distribuent l’eau à l’ensemble du bonsaï.

Un bon drainage

Comme son nom l’indique, le substrat doit être drainant et doit permettre à l’excès d’eau de s’évacuer par les trous de drainage. Cette fonction va vous permettre de faciliter votre culture. En effet, quelles que soient les quantités d’eau utilisées, le surplus ne sera pas dommageable pour les racines.

Par ailleurs, si vous constatez une difficulté de l’eau à rentrer dans le substrat, cela peut indiquer le besoin de faire un rempotage prochainement.

Apport d’air

Souvent nous négligeons l’importance de l’air dans nos substrats.
Le système racinaire a autant besoin d’air que les partie aériennes de nos bonsaïs. De plus, n’oublions pas que les micro-organismes, bactéries et autre mycorhizes respirent et ont besoin d’oxygène pour remplir leurs fonctions et devenir assimilables.

4ème phase : choix du pot

Le choix du pot n’est pas anodin, il est guidé par le stade d’avancement et de culture de l’arbre.

La caisse de culture

Elle a pour rôle de former le nebari et le racinaire pour le pot final.
Vous pouvez la fabriquer avec du bois, utiliser des caisses en plastique ou en polystyrène.
Il ne faut pas perdre de vue l’objectif d’une caisse de culture. Elle doit être solide et aérée. En cela, l’Air Pot constitue un excellent pot de culture.

Le pot intermédiaire

Il peut être en terre cuite, pour commencer à adapter le futur bonsaï au pot final.

Le pot final

Je conseille souvent de faire fabriquer votre pot par un potier. Cela vous garantira un pot avec une couleur, une dimension, une forme adaptée à votre bonsaï.

5ème phase : le rempotage

C’est une étape souvent redoutée par les débutants dans la culture du bonsaï.

  • Quand rempoter son arbre ?
    Il y a des signes qui ne trompent pas, un arbre qui monte dans son pot, l’eau qui ne rentre plus dans le substrat…
  • Quand ?
    En général, les rempotages se font en début de printemps, mais il peut y avoir des rempotages d’urgence ou des transpotages.
  • Substrats ?
    Comme nous l’avons vu précédemment, il y a plusieurs substrats.
    Le choix se fera en fonction de l’espèce, de votre région et surtout à l’avancement de votre pré-bonsaï.
  • Soin post rempotage ?
    Une fois le rempotage de votre protégé, il vous faudra prendre soin de ne pas l’exposer directement aux éléments (soleil, gel, vent…).
    Il faudra peut-être également faire quelques pulvérisations d’engrais foliaire et/ou d’oligo-éléments le temps que le système racinaire reprenne sa fonction.

6ème phase : Quand arroser ?

On croit souvent que c’est l’étape la plus simple dans la culture du bonsaï.
Après tout, nous ne faisons qu’apporter de l’eau. Cela dit, pas assez d’eau, c’est le dessèchement assuré et trop d’eau, c’est la pourriture des racines garantie. Alors quelle est la bonne quantité d’eau?
Certains vous conseilleront de gratter superficiellement le substrat pour voir l’état de dessèchement. Pour moi, c’est un bien gros risque. C’est aussi la preuve de la méconnaissance des besoins en eau d’un bonsaï.
Il faut comprendre que l’eau est LE FACTEUR LIMITANT dans une bonne culture.
Je préconise le plus souvent possible de faire plusieurs petits arrosages, plutôt qu’une grosse douche en fin de journée. Bien sûr, il faut adapter l’apport d’eau en fonction de l’avancement de votre bonsaï. Il faudra aussi tenir compte de votre climat et de la saison.
Comme vous le voyez, ce n’est pas si facile que ça. Je vous aiderai à mieux contrôler l’arrosage de vos bonsaïs grâce à mes publications.

7ème phase : des outils spécialisés

Les bons outils ne font pas forcément le bon travailleur. Je vois trop souvent des trousses à outils de bonsaika remplies de pinces de toutes les formes.
Est-ce vraiment utile ? Est-ce que ces outils sont tous utilisés à bon escient ?
Vous pouvez démarrer le bonsaï avec très peu d’outils, je vous ferai très prochainement une vidéo sur ce sujet.

8ème phase : la fertilisation et les engrais

Encore un domaine où les légendes urbaines et les fake news sont nombreuses.
L’engrais N’EST PAS la NOURRITURE de nos bonsaïs.
Posez-vous la question : comment un arbre fait-il pour vivre dans la nature sans engrais ?
En posant de l’engrais sur votre substrat, vous apportez des éléments bruts qui seront transformés par des bactéries pour les rendre assimilables par votre arbre.
Je tiens à préciser que les paniers en plastique destinés à recevoir des boulettes d’engrais sont juste une aberration agronomique, destinée à vous faire dépenser de l’argent dans des gadgets inutiles.

Le sujet est déjà assez complexe comme ça. Ne vous compliquez pas la vie en utilisant des engrais différents pour chaque variété que vous cultivez. La chose la plus importante est d’adapter et de respecter les doses en fonction du volume de substrat.

Maintenant tu as suffisamment d’éléments de base pour te lancer dans la construction de ton premier arbre. N’hésite pas à suivre ou à participer aux challenges, et surtout

RETROUVE PLUS D’INFOS EN T’ABONNANT A LA CHAINE >PAR ICI!<-
ABONNE TOI ÉGALEMENT AU BLOG >PAR ICI!<

5 commentaires sur “Bien COMMENCER dans Le BONSAÏ”

  1. Merci pour toutes ces astuces et conseils. Personnellement debutant je commence avec des semences.
    J ai planté cet été des citronniers, actuellement apres 6 mois 20cm de haut
    Des pepins de pommes ont également bien pris .
    Je vais peut-être craqué pour un achat d orme .
    Merci encore pour vos video

  2. Merci pour vos commentaires. Je suis un nouveau membre. Quand vous arrosez vos bonsaïs en hiver pour que la glace les protège, n’avez-vous pas peur que les pots ne se fendent au dégel ? Merci pour votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *