La BOUTURE, pour faire son premier Bonsaï

bouture bonsai

Après mes recherches sur le net, il m’a semblé important de faire un point sur cette technique. La bouture ne consiste pas à coupé une branche n’importe ou et de la planter dans la première barquette de bouillasse que l’on à sous la main. Peut-être que cette article pourra intéresser les débutants qui commencent à expérimenter cette technique, ou tout simplement pour partager des opinions et des idées, afin d’améliorer également notre façon de faire des boutures.

Dans cette article nous aborderons c’est différents points :

  • Qu’est-ce que la reproduction végétative ?
  • Qu’est-ce qu’une bouture ?
  • Quel est le meilleur moment pour faire des boutures ?
  • Espèces utilisés en bonsaï, faciles à bouturer;
  • Les règles de la réussite;
  • Le matériel;
  • Préparation de la bouture
  • les hormones;
  • Les contenants;
  • Les substrats;
  • Quand faut-il transplanter les boutures ?

Certaines espèces, largement utilisées dans le bonsaï, permettent leur multiplication par bouturage. C’est un moyen bon marché et facile d’obtenir des jeunes plants de qualité pour nos projets de bonsaï.
L’obtention de certain variétés en bonsaï peut être compliqué et parfois coûteuse. Une grande partis des espèces présente sur ma pépinière, son issue de boutures. je savais que j’avais besoin d’un système très simple et bon marché pour obtenir mes propres arbres.

Des mon plus jeune age, j’ai pratiqué la bouture. Je ne faisait que reproduire les gestes de ma grand mère, qui multiplié ses plantes préférés.

Lorsque je me suis intéresse au bonsaï, je me suis rapidement mis au travail. Mais reproduire un géranium n’est pas la même chose qu’un érable. J’ai essayé de nombreuses formules et systèmes pour atteindre le but tant désiré. J’ai eu des réussites et je cherche encore pour les plus compliqué.

Dans cette article tu trouvera mes conseils pour réussir, toi aussi , tes boutures.

Qu’est-ce que la reproduction végétative ?

stolon de fraisier, pour une reproduction végétative

C’est une technique de propagation qui permet d’augmenter le nombre de spécimens ayant les mêmes caractéristiques génétiques que l’original, c’est un clone. Nous utilisons certain partie de l’arbre originel tel que, des rameau, des branches, ou des racines. Ils vaudra les plantés dans un environnement approprié afin que la futur bouture produise des racines pour devenir une plante indépendante.

Cette technique est utilisé par les forestiers et les maraîchers, afin obtenir des spécimens de qualité, plus résistants et productifs. Elle est également utilisé dans les pépinières et pour les plantes ornementales. Le bonsaï n’est pas une exception. Beaucoup de pépiniériste en bonsaï, utilisent cette méthode, afin de préserver les qualités d’un spécimen particulier.

Qu’est-ce qu’une bouture ?

Une bouture est une section d’un arbre, soit avec des racines (sans feuilles), soit la partie aérienne (sans racines). Comme une branche, dans laquelle il manque une partie du tissu spécialisé et fondamental pour la survie de la plante.

Les propriétés des cellules végétales permettent de développer les tissus qui leur manquent et de continuer à vivre en tant qu’individus génétiquement identiques à l’arbre mère. Cela nous permet de conserver les traits et les particularités d’un spécimen spécifique et d’obtenir des arbres viables.

Les boutures peuvent être semi-ligneuses, ligneuses, racinaires, à feuilles, etc. Cela dépend de l’espèce et du type qui sera le plus efficace pour la reproduction.

Quel est le meilleur moment pour faire des boutures ?

Selon les espèces, il peut arriver que la période de taille et de bouturage ne correspond pas. Ce qui peut expliquer de nombreux échec sur des variétés dites compliqués à reproduire.
En effet, certaine taille d’érable ce font à l’automne ou en hiver, une fois que le bois a lignifié.
Malheureusement durant cette période les températures ne sont pas favorables à l’émission de racines.
L’idéal est d’avoir des températures entre 18 et 24 degrés, ce qui peut être compliqué en hiver malgré le réchauffement climatique.

Une première solution, serai de stocker les rameaux taillé en fin d’hiver au froid dans un frigo, en prenant soin des les protéger du dessèchement.

L’autre solution, est d’utilisé du matériel adapté pour faire des boutures, comme par exemple la Bouturette. Mais je reviendrai sur cette équipement en y consacrant un article complet.
Pour l’instant je suis en phase de test.

Espèces utilisés en bonsaï, faciles à bouturer

Beaucoup d’espèce utilisés en bonsaï peuvent ce multiplier de cette manière. Il est important que tu essaie cette technique le plus tôt possible afin de la maîtriser.
Comme nous l’avons dit, grâce à la multiplication végétative, les caractéristiques génétiques d’un arbre particulier peuvent être préservées de manière identique.


Dans le bonsaï, la taille des feuilles d’un arbre caduques, les aiguilles d’un pin, l’écorce, la taille des fruits ou la couleur des fleurs, sont des facteurs déterminants pour la qualité d’un spécimen. La bouture nous permet d’affiner cette sélection et d’obtenir des spécimens avec ces attributs intéressants, pour former de nouveaux arbres.


De plus, ce procédé nous fait gagner plusieurs années en nous permettant de couper des boutures d’épaisseur parfois très importante. Comme par exemple, les oliviers de 20 ou 30 cm de diamètre, qui forment leur système racinaire en un an seulement.
Les satsuki, azalée d’origine japonaise, avec leur feuilles minuscules et leur feuillage serré, sont le résultat d’un pincement, d’une culture constants, ainsi que d’une sélection génétique drastique. C’est un spécimen idéal à reproduire par bouturage.

bouture figuier

Quelques espèces adaptés pour le bonsaï et qui ce boutures facilement

Acer Palmatum.

Acer Palmatum Arakawa

Orme de chine

Orme nire

Cotoneaster

Genévrier chinensis

Genevrier Itoigawa

Ligustrum japonicum (troène)

Wisteria (glycines)

Ficus

figuier

Forsythia

Taxus

Rhododendrons

Azalées (satsuki)

Chamaecyparis Enryu

J’ai fait des milliers de boutures, que ce soit pour mon travail ou pour le bonsaï. A chaque échec j’ai toujours cherché à améliorer ma technique pour avoir un taux de reprise acceptable. Mais cette période d’échec peux te décourager, voici quelques conseils.

La première idée que je veux faire passer est l’importance du choix des espèces. Si tu fais tes premiers tests, choisis des espèces FACILES à bouturer.
Les ormes, les érables et les genévriers , sont de bon candidats.

Les règles de la réussite.

Il faut respecter quelques règles.
Quand tu as taillé ton rameau sur lequel tu va prélever tes futures boutures, surtout n’oublie pas de porter avec toi un récipient d’eau. En effet ce dernier va servir à mettre ta branche dans l’eau, pour éviter un dessèchement trop rapide, mais pas que.
La plante continue à fonctionner et a faire circuler sa sève dans ses différents canaux. Absorber une bulle d’air, voila ce qui est le plus dangereux pour ta futur bouture. Une embolie gazeuse peu rompre et désamorcer la circulation de sève, ainsi il sera impossible à la plante de créer de nouvelles racines.

bouture dans l’eau

Le matériel.

Utilise du matériel qui coupe net. Évite tout les sécateurs qui on tendance à écraser une partie du tissu de la branche, ce qui empêche les cellules de récupérer et de favoriser les racines. Utilise des ciseaux bien aiguisés.

ciseau à bouture


Les lames de ton outil doivent être nettoyé avant utilisation. De l’eau de javel ou de l’alcool, font très bien l’affaire. Refait un nettoyage à chaque fois que tu change de plante ou d’espèce. Tu évitera ainsi la propagation de maladie et certaines sève peuvent être également toxique pour d’autres plantes.

Préparation de la bouture

Essaie de conserver 2 ou 3 entre nœud en dessous des 2 ou 3 paires de feuilles. En effet c’est à cette endroit que sortira les prochaines racines. Elles ne sortent jamais au milieu de deux entre nœud, donc si ta bouture est longue, tu peut avoir mis en terre que de la tige sans donner à la plante, la possibilité de faire des racines. Je vois encore sur les réseaux sociaux , beaucoup trop de personne enterrer des jeunes plantules, sans avoir mis un entre nœud en terre. J’espère que tu ne ferra plus cette erreur après avoir lu cette article.

préparer sa bouture

Ne libère pas non plus le cambium de l’écorce pour l’exposer. Là aussi je vois aussi des « expert » préconiser de peler le fond de la bouture. Rien de tel pour propager des champignons pathogènes et pour créer un stress supplémentaire à ta plantule. Dans un premier temps la plante va chercher à réparer ces dégâts avant de faire des racines et vu qu’elle n’a pas beaucoup de réserve en général ça fini mal.

Comme je te l’ai dis plus haut, laisse 2 ou 3 paires de feuilles. N’hésite pas a retailler les feuilles si ces dernières sont trop grandes, ou essai de garder les plus petites.
Si tu as fait plusieurs bouture sur une branche, tu va te retrouver avec des boutures qui ont une coupe au dessus. Il faut absolument positionné une patte ou un mastic de cicatrisation, afin d’éviter un dessèchement trop rapide ou l’apparition de champignon à cette endroit.

les hormones;

J’essaie toujours d’utiliser des hormones ou des acides animés, pour me donner plus de chance de reprise.

hormones pour boutures

dernier petit conseil, quelque soit l’endroit ou le contenant que tu va utiliser, surtout choisi bien, car tu ne devra plus les toucher pendant de mois. En effet le déplacement ou la prise en mains de ton pot, pour voir si les racines sortent, sont le meilleur moyen d’empêcher tes boutures de faire des racines. Une fois planté tu ne touche plus rien. D’où l’importance de consacrer un endroit pour les boutures, avec la possibilité de les protéger du chaud ou du froid si besoin.

Les contenants;

pots à boutures

Évite tout les pots de yaourt, les briques de lait et autre joyeuseté de ce style. Même si faire des bouture ne coûte pas cher, investi un dans un peu de matériel. N’utilisez jamais une passoire ou des pots avec beaucoup de trou, style panier aquacole. Au contraire, il faut utiliser des pots en plastique plein, de bonne qualité, pour éviter que les boutures ne se dessèchent trop vite.
Je te le rappel, notre objectif premier à ce stade, c’est de faire faire des racines à notre plantule. c’est pourquoi un pot de couleur noir est conseiller. En effet le noir capte la chaleur, ce qui est absolument nécessaire pour un bon développement racinaire.

Les substrats;

Alors première chose qu’il faut absolument que tu retiennes.
N’utilise pas tes rebus ou les raclures de fond de tiroir qui te reste. Un substrat récupéré au fond de tes étagères , ne sera jamais un bon substrat pour tes boutures. Si tu veux un bon taux de réussite, là aussi il va falloir investir un peu.
En effet c’est substrat plus ou moins compact ou souvent un défaut invisible, ils sont infestés de pathogènes et de champignons. Il ne te viendrai pas à l’idée d’utiliser ce genre de produit pour tes bonsaï, donc pourquoi les utiliser sur des boutures, encore plus fragile.

Un bon substrat doit être drainant tout en retenant assez d’eau.
Personnellement vu les quantités de plant que je produit, j’utilise un substrat que je fais fabriquer par un de mes fournisseurs. En plus d’une composition bien déterminé, je fais rajouter de l’engrais à libération lente. Mais dans un premier temps concentrons nous sur le substrat.

Tourbe, perlite, fibre de coco, laine de roche, écorce de pin, etc … Tout ces produits peuvent être utilisés, pas forcement pure, mais souvent en mélange. Nos roches volcanique peuvent être également utilisé pour favorisé le drainage, pouzzolane, pumice, akadama…

Tu trouvera dans n’importe qu’elle jardinerie des substrats pour boutures. Ils sont pas trop mal, mais tu peux les améliorer. En effet ces sac de terreau sont composé essentiellement de tourbe blonde et tourbe brune. Je ne sais pas si tu l’a remarqué, mais je n’ai pas cité ce produit. Pour moi la tourbe à un inconvénient quand on l’utile pure. Elle a tendance à composter, ce qui n’est pas forcement génial pour un future jeune plant avec peu de racines.
Donc si tu achète ce genre de sac prêt à l’emploi, n’hésite pas à rajouter de la pouzzolane de petit diamètre pour augmenter le drainage. Tu peux monter jusqu’à 40 % de pouzzo, dans ton mélange final.

substrat bouture

Perso il m’arrive d’utiliser des mottes compressés de coco, qui ce gonfle avec de l’eau, ainsi que des mottes de fibre de verre. C’est produits sont très intéressant, même s’ils sont plus technique à l’utilisation.

Quand faut-il transplanter les boutures ?

Parfois nos boutures commencent à gonfler, de nouveaux bourgeons apparaissent. C’est le moment de rester calme et de ne rien faire.
Si cela se produit après dix jours, il est très probable que la raison n’est pas que la bouture ai déjà émis des racines, mais qu’elle pousse à partir de ses réserves.

boutures racinés

Tu n’a pas moyen de vérifier si il y a eu émission de racines. L’apparition de bourgeons ou même une éventuelle germination, n’est pas un signe de pousse racinaire, mais ça reste un bon signal. Quoi qu’il en soit, ne déplace pas, ne transplante pas, sois patient, observe.
Le vrai signal est l’apparition de nouvelles feuilles et parfois la sortie de racines, sous le pot.

J’attends toujours les beau jours pour faire mon rempotage de bouture. Je dis rempotage, mais ce n’es pas vraiment les cas. Ont peux plus parler de transpotage. En effet il n’est pas question de démonter la motte, pour bien positionner le racinaire. Le jeune plant est encore fragile, il faut qu’il ce développe. Le vrai rempotage ce fera à l’étape suivante, cela fera certainement l’objet d’un nouveau article.


j’espère que tu as trouvé des infos pour réussir tes futures boutures. n’hésite pas à mettre un commentaire ou à rajouter quelque chose que j’aurai oublié.
tu as aussi la possibilité de revoir ma vidéo sur ce sujet dans cette article “Comment bouturer un bonsaï”

21 commentaires sur “La BOUTURE, pour faire son premier Bonsaï”

  1. merci pour ces conseils et cette articles,j’aimerai vous demandez pour le bouturage de résineux une foit pour tout si c’est possible de les bouturé? vue que vous avez pas mal d’expériences avec aux merci d’avance
    ps: je sait que le sujet est technique et les résineux son l’espèce la plus difficile ou même impossible a bouturé masi je perte pas esspor a essaye et testé
    bien a vous

  2. article très intéressant et bien formulé, (juste un petit reproche, il faudrait “améliorer” l’orthographe !) je crois que je vais modifier certaines habitudes certainement la cause de tant d’échecs !

  3. Merci Bruno encore un fois pour ce partage, la bouture directement dans l’eau pour éviter que de l’air ne rentre en attendant de la mettre dans le substrat, ça c’est à ne surtout pas négliger ! tu me la bien appris 😉
    Et du coup pour toi la meilleurs période quand est-ce ? Printemps ?

    1. slt
      en théorie tu pourrai faire des boutures toutes l’année, si tu as le matériel nécessaire pour maintenir une température et une hygrométrie suffisante.
      néanmoins avec un endroit hors gel tu peu déja faire pas mal de chose. Essai des cette automne, avec des espèces facile.

  4. Hello, Tu parles d’arakawa et j’ai justement essayé l’année dernière d’en faire des boutures à l’automne et au printemps. J’ai testé dans du substrat (terreau / sable) à l’automne et au printemps en extérieur, et aussi en hydroponie (bac d’eau avec bulleur et led horticole)en fin d’automne / hiver, mais tout a foiré… J’aimerai réessayer cette année sachant que je vais laisser tomber la technique hydro pour cette fois (toutes mes boutures ont pourri). Alors boutures d’automne ça peut le faire? Enterrer les boutres le temps de l’hiver et les planter au printemps? Peut tu m’éclairer là-dessus? D’avance merci.

    1. slt
      Je n’ai jamais essayé la technique d’enterrer des boutures pour les planter au printemps. certain utilise cette méthode pour les yamadori desainte Lucie.
      Sinon pour répondre à ta question, oui tu peux faire des boutures en automne, mais choisi plutôt des espèces facile, tout en les protégeant des gelés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *